Revoir la vidéo
Harpe Mésopotamienne

Métaphysique

Questions se rapportant au contenu du Site et des livres de la Collection Gwendoline et Gottfried.

- 74 - Pourquoi ne peut-on pas savoir si un événement est bon ou mauvais ?

 Gwladys ! Bonne journée à vous dans l’expansion de votre faculté d’Aimer, de votre Conscience et de votre réflexion !

 

        - Dans le monde relatif, tout est à la fois bon sous un angle et mauvais sous un autre, - vu aujourd’hui - par l’une ou - par l’autre des parties, - vu par la même partie - aujourd’hui ou - dans quelque temps …

 

        J’ai déjà, dans ma Réponse à la Question - 14 - montré par des exemples, qu’un événement semblant se présenter de l’extérieur (mais venant, en fait, de l’intérieur de soi-même) ne peut, a priori (sans recul dans le temps), être qualifié de bon ou mauvais.

Quoi qu’il en soit, même si rien n’est figé et que tout dépend de ce que l’on construit soi-même, tout événement appartient à son destin que je définis dans ma Réponse à la Question - 23 -.

Mais s’il est souhaité quelque complément à quelque Réponse de ma part, je le donne bien volontiers.

Lire la suite

- 75 - Que faire si l’on a été victime de pratiques occultes ?

Je ne trouve pas, Humbert, dans mes Réponses précédentes, d’écrits qui auraient pu vous amener à me poser cette Question.

       Cependant, pour vous-même ou pour toute personne qui pourrait se penser victime de telles « pratiques », je dois vous donner réponse, c’est-à-dire précisément vous faire savoir ce que, dans ce cas - il ne faut pas faire et - il faut faire. 

      Ceci va m’être d’autant plus facile que je ne pourrais, évidemment, pas faire mieux que de vous reporter des propos de Guenièvre, qui m’ont été dits à ce sujet, par l’intermédiaire de « Cinq-Pétales » lors de notre cinquième rencontre et que vous pourrez donc trouver dans le cinquième chapitre du Livre « Pour une corde de Harpe ! » qui est le premier volume de la Collection des « Gwendoline et Gottfried ».

Lire la suite

LISTE DES AUTRES QUESTIONS POSÉES ET AUXQUELLES JE VAIS BIENTÔT DONNER RÉPONSES

Ce sera d’abord dans le désordre (en fonction de mes inspirations)

La Q/R - 21 - a été placée en tête et numérotée - 0 -

Les Réponses que j'ai données directement à ceux qui m'ont interrogés seront complétées avant d'être publiées.

 

Magali    - 65 - Que pensez-vous du féminisme ? 

Audrey    - 66 - Qu’est-il arrivé à vos Enfants pour qu’ils aient été jetés en enfer ?

Hélène    - 67 - Pouvez-vous nous parler de « BG » ! 

Cyprien   - 68 - Pouvez-vous nous parler des mères de vos enfants ! 

Estelle     - 69 - Que pensez-vous des psychologues ? 

Gérard     - 70 - Que pensez-vous des juges ?

Xavier      - 71 - Pouvez-vous nous écrire au sujet de la pédophilie ? 

Gaspard   - 72 - Qu’est exister ?  

Adrienne  - 73 - Comment expliquez-vous l’harmonie universelle ?

William     - 76 - Quel est l’avenir de l’homme ?  

moi-même- 77 - Je vous remercie ! Toute action est égoïste !

- 65 - Pourquoi la circoncision ?

Je vous remercie beaucoup, Élie, de m’avoir posé cette Question (notamment parce que j’avais déjà moi-même très envie d’y apporter une Réponse).

 

Je pense que, pour y apporter la meilleure Réponse, il me faut aborder à la fois :

- La présomption « pater is est … »

   et - la circoncision.

 

En effet, vous l’avez peut-être déjà compris, ce que je désire montrer est qu’il y a opposition entre :

       - le principe des Droits de l’Homme au sens générique et au singulier, afin de n’établir aucune discrimination et de constater qu’il s’agit de Droits Naturels et afin de constater que ces Droits dans l’intérêt individuel ne peuvent pas être en oppositions avec les droits de la société

      - le  principe juridique aujourd’hui dénaturé de la présomption « pater is est … » et la pratique ancienne de la circoncision qui, l’un comme l’une nient les Droits de l’Homme au sens générique et au singulier et s’appuient sur une idée monstrueuse car contre Nature et selon laquelle il pourrait y avoir opposition entre la préservation des Droits Naturels d’un individu et l’intérêt collectif de la société dans son ensemble.

            J’aurais pu y ajouter d’autres éléments de droit mais cette présomption sera suffisante pour montrer que le droit est toujours contre-Nature et donc faux, chaque fois qu’il fait primer le collectif sur l’individuel.

Lire la suite

- 64 - Que pensez-vous de la civilisation judéo-chrétienne ?

        Bonne soirée à vous Marie-Thérèse qui, par votre prénom, me signifiez que, probablement, vous avez des parents qui sont chrétiens (probablement catholiques) et que, probablement, automatiquement, vous l’êtes également, à leur suite.

civilisation ou anti-civilisation ?

       Le féminisme est le pire des totalitarisme puisqu’il a pour objectif d’établir des discriminations au profit d’un sexe et donc au détriment de l’autre au sein même des familles.

Il est pire que l’apartheid qui établissait des discriminations entre des familles voisines !

Il est une émanation directe du christianisme qui est lui-même une émanation directe du judaïsme.

En effet, à l’origine de tout, dans le judaïsme, il y a pire que tout :                          

- « discrimination positive » au bénéfice d’un prétendu « peuple élu » (et donc, corrélativement, discrimination négative au détriment de tous les autres)

   et - « discrimination positive » au bénéfice des femmes en faisant que l’on ne soit juif que par sa mère (et donc, corrélativement, discrimination négative au détriment des hommes pourtant seuls parents).

Lire la suite

- 63 - Pouvez-vous nous préciser maintenant ce qu’est le complexe d’Œdipe ?

Effectivement, Patrice, c’est exactement le moment de vous y répondre !

Maintenant que beaucoup de personnes lisent à la suite, les Questions et Réponses précédentes dans FAQ, j’apprécie de recevoir les nouvelles Questions dans le meilleur ordre.

 

       Bien avant que, dans divers livres, notamment - « Le livre noir de la psychanalyse », corpus d'articles publié sous la direction de Catherine MEYERN, il soit enfin rappelé et re-démontré que « Sigmund FREUD » avait presque toutes les pires pathologies, de la malhonnêteté manipulatrice à … la folie délirante, en passant par l’obsession de l’argent,  et - « Le crépuscule d'une idole » et « Apostille au crépuscule », les deux livres de Michel ONFRAY à ce sujet, il soit enfin rappelé et re-démontré que la psychanalyse freudienne est une construction de tricheur et une utopie, toutes les personnes (ayant personnalités) qui ne sont donc pas dans une parfaite normalité-et-folie, l’avaient, elles-mêmes, évidemment, déjà compris.

Pour les « psy » de tous poils qui ne voient toujours que l’apparence, il n’y a pas de différenciation entre l’implosion et l’explosion de l’ego.

Ils n’ont même jamais réalisé que :

- l’implosion de l’ego se fait sur lui-même.

- l’explosion de l’ego se fait de lui-même dans l’Universel …

Lire la suite

- 62 - Qu’en est-il des instinct maternel et instinct paternel ?

Je vous remercie particulièrement, Lilou, car votre interrogation fait bonne suite en surgissant Naturellement après ma Réponse donnée à la précédente Question concernant l’hérédité.

       Il s’agit toujours des implication ou non-implication et rôle ou non-rôle respectifs du Père et de la mère, non plus lors de la conception (mentale) d’un Enfant, mais lors de sa vie prénatale et après sa naissance.

Lire la suite

- 61 - Que doit-on conclure de tout cela, au sujet de l’hérédité ?

Cette Question, Aymar, semble beaucoup vous intéresser.

Actuellement et de façon passionnée, il m’est aussi souvent demandé de réécrire sur le psychogerménisme.

 

        Dans un moment, je conclurai donc ma présente Réponse en rappelant une nouvelle fois ce qu’est le psychogerménisme et en donnant, évidemment, quelques éléments complémentaires …

Mais chacun aurait d’ailleurs pu les trouver lui-même …

Et je ne puis laisser en suspens d’autres questions …

Ce sera donc, ensuite, à chacun, de progresser dans sa conscience à ce sujet comme à tous autres …

Lire la suite

- 60 - Dans votre dernière réponse, vous écrivez au sujet de « l’effet transversal ». Qu’est ce exactement ?

Je ne suis pas étonné que, sentant combien la réalité biologique ne mettant en avant que le Mâle, cette Question, Marcel, me soit posée par un homme.

 

Je viens d’écrire de longues Réponses dans lesquelles presque tout était mâché.

       Et je vais, encore, ce soir,  vous donner une réponse très longue parce que je suis dans une grande jouissance spirituelle et intellectuelle en la sentant naître et monter en mon esprit et mes pensées, Naturellement et presque malgré moi.

       Pourtant, il serait maintenant temps que, sur les fondements ou non de tout ce que je vous ai déjà donné, vous fassiez chacun et tous, appels à votre/vos propre(s) extrapolations suivies d’études, réflexion(s) et tris sur ces extrapolations, le tout, sur le constant support de vos inconsciences et consciences.

Lire la suite

- 59 - À ce « psychogerménisme », êtes-vous seul à avoir pensé ?

Mon exposé sur le psychogerménisme ayant provoqué beaucoup de réactions étonnées, je m’empresse, Marie, en ce samedi soir, de répondre à votre Question :

Bien sûr que non ! À ce psychogerménisme, Je ne suis pas seul à avoir pensé !

Et même si, à cela, comme à beaucoup d’autres choses, constamment, j’avais été seul à avoir pensé, ceci ne signifierait pas pour autant que ce ne serait pas exact !

Et, réflexion déjà reporté dans ma Réponse - 55 -, comme disait Michel COLUCCI (dit « Coluche ») :

« Ce n’est pas parce qu’ils sont nombreux à avoir tort, qu’ils ont raison. »

        Je suis peut-être le premier de cette terre à avoir eu parfaite Conscience du psychogerménisme, à le formuler clairement et à l’avoir, évidemment, d’abord, appliqué en tout Amour-Conscience-Intelligence, pour, dès l’enfance, concevoir moi-même-dans-la-Nature, mes propres Enfants et possiblement être, ainsi, le premier Véritable Père :

         L’hérédité ne se transmet pas par « un hasard qui n’existe pas » mais beaucoup d’éléments de transmission restent et resteront ignorés des scientifiques, même si, bientôt, ils découvriront notamment les mécanismes qui provoquent telles ou telles recombinaisons d’A.D.N. ..., car ensuite s’ouvrira devant eux le semi-abstrait qui ne sera appréhendable que mentalement et individuellement, par sa propre conscience, notamment en naviguant sur les ondes subtiles de l’inconscient collectif et de l’instinct de l’espèce.

Lire la suite

- 58 - Qu’est le « psychogerménisme » ?

Ce que j’ai moi-même dénommé le « psychogerménisme » émergera bientôt à la Con-science de chacun et sera ensuite connu de tout le monde.

Et, comme le mot psychosomatique, le mot « psychogerménisme » s’écrira, à son tour, sans guillemets.

       Lorsque les « humains » auront réalisé ce qu’il est, il ne sera plus possible aux femmes devenues féministes et aux « magistrats » eux-mêmes toujours intrinsèquement collabo de tous les totalitarismes, de prendre en otages, les Enfants des Hommes et la société retransformée en redeviendra heureuse et évolutive.

Lire la suite

- 57 - Dites-nous donc, Gottfried, qui était en premier, de l’œuf ou de la poule ?

 La façon dont vous me posez la question, Edgar et, d’abord, votre « petit mot » la précédant me semblent bien constituer un défi !

Une personne à qui je les ai montrées aussitôt, dès hier soir, m’a même dit que vous aviez dû penser à peu près :

       « Ah ! Il joue les génies en répondant tout simplement à toutes sortes de questions que les humains ont toujours trouvées insolubles, mais, sur cette question là, sur laquelle tout le monde, depuis toujours, se « casse les dents », il ne va pas pouvoir continuer à faire le malin et il ne va probablement même pas la publier pour tenter d’y répondre. »

 

Pourtant, il n'y a même pas à réfléchir à cette Question car la Réponse en est évidente !

       Au surplus, j’ai, plusieurs fois, répondu publiquement à cette Question, depuis des décennies (et il se peut donc que vous ayez déjà entendu ou lu, ailleurs, la Réponse ci-après qui me reste cependant personnelle).

Lire la suite

- 56 - Il y a, dans votre premier volume, des explications extraordinaires, mais d’autres parties ne sont-elles pas trop simples ?

Oh ! Amandine ! Pas du tout !

       Chaque mot y compte et partout parce qu’il s’agit des propos de « Cinq-Pétales » (qui deviendra « Six-Pétales ») et de Guenièvre et qu’elles sont, l’une comme l’autre, intrinsèquement, bien au-delà de l’humain.

 

D’une grande part des personnes que vous rencontrez, lorsqu’elles vous ont raconté leurs vies, vous n’avez plus grand chose à recevoir d’intéressant.

De la part de « Cinq-Pétales » (qui deviendra « Six-Pétales ») et de Guenièvre, vous pourriez n’entendre, même pendant des millénaires, que des propos passionnants et élevant votre Âme.

Lire la suite

- 55 - Comment définiriez-vous donc un « intellectuel » ?

Un véritable intellectuel, Stéphanie, n’est pas celui qu’on a aujourd’hui défini comme tel, en Occident du Nord !

Un intellectuel n’est pas plus fonctionnel et intéressant que quiconque pour la société des humains et pour toute la Nature, puisque :

- la fonctionnalité globale de la société et de toute la Nature n’est que la résultante : l’addition, la multiplication et l’exponentielle de la fonctionnalité de chaque individu pour lui-même.

- l’intérêt collectif de la société et de toute la Nature n’est que la résultante : l’addition, la multiplication et l’exponentielle des vrais intérêts individuels.

        Un intellectuel n’est pas un compilateur, « conlesnormes » (= avec les normes), conforme . . . ne faisant que répéter et transmettre à son tour, sans hauteur, réflexion et analyse personnelle, les « connaissances » accumulées dont il a été gavé, conformément aux schémas normalisés et standardisés habituels à l’époque et au lieu.

Il n’en prend pas non plus systématiquement le contre-pied.

Il est libre et n’omet jamais de faire la différence entre :

- d'une part, les Con-naissances innées ou résultant de l'élévation de sa Con-Science

(qui sont nécessaires et suffisantes pour l’espèce et pour lui-même)

           et - d'autre part, les « connaissances » acquises et résultant de conditionnements et d'exercices intellectuels

(qui peuvent être tout autant erreur et régression que conformité avec les Lois de la Nature et évolution).

Lire la suite

- 54 - Existentialisme ou essentialisme ?

Je vous remercie pour votre Question, Yoann !

▬► L’existentialisme est une théorie selon laquelle chacun n’est, dans cette vie, que ce qu’il est devenu et que ce qu’il devient par ce qu’il a fait et ce qu’il fait.

Il ne serait donc que le résultat de l’acquis et même, précisément, de l’auto-acquis.

Il ne serait donc qu’extrinsèque.

▬► L’essentialisme est un constat selon lequel, dès sa naissance, chacun est déjà ce qu’il est et, potentiellement, ce qu’il va devenir.

       Il est le résultat de l’acquis (hérité) de la part de sa famille et surtout de l’auto-acquis, c’est-à-dire de l’acquis (hérité) de sa propre part (de lui-même) en tant qu’Âme dans tout son passé de ses vies-et-inter-vies-antérieures et aussi dans sa présente vie.

Il est donc d’abord intrinsèque et ensuite extrinsèque.

Lire la suite

- 53 - Quelle est la différence entre une erreur et une faute ?

        Il est logique, Aymeric, qu’en même temps que Gaël, que vous m’avez écrit être votre frère et qui m’a posé la question du Bien et du mal, vous m’ayez vous-même posé celle de l’erreur à donc différencier de la Faute !

        Pour répondre à votre question, je vais, à nouveau, seulement me contenter de vous reporter exactement et sans commentaire, ce que m’en a dit encore Guenièvre, mais, cette fois, directement, et qui sera publié dans le troisième Volume de la collection des Gwendoline et Gottfried, intitulé : « Je suis mort à Tabarka ! »

Vous n’avez pas dû entièrement visiter le Site car je l’ai déjà reporté dans « Livres (extraits) », « PARTIES DU TROISIÈME VOLUME », sous le titre « erreur et Faute » :

« Si, sans t’en rendre compte, tu commets une erreur, une erreur en toute bonne foi, ce n’est pas une faute et tu n’amputes même pas tes chances d’évolution.

       Si au contraire, et même par négligence ou par indifférence, tu commets une faute et que tu doives la payer, on te rend alors service : tu es blanchi au moins sur le plan de ce que tu dois moralement.

Mais tout le monde paie ses fautes et c’est un leurre de croire que celui qui semble indifférent ne paie pas.

Il a un profond dégoût de lui-même qui s’installe petit à petit, progressivement.

Il devient névrosé et malade.

C’est d’ailleurs de ce mal dont souffre aussi la société : c’est une névrose collective.

Mais c’est une évidence et chacun est conscient de cette névrose, à quelque degré qu’il se trouve, chacun en est las, mais voilà ! Comment y remédier ?

Il n’y a pas de remède collectif. Le remède est individuel.

Le remède, c’est Le Bonheur pour chacun, un Bonheur pour tous.

Un Bonheur juste dans un monde d’injustices ! Comment ?

Lire la suite

- 52 - Que sont le bien et le mal ?

Cette Question, Gaël, est au cœur de l’Essentiel ! 

        Pour y répondre, je vais seulement me contenter de vous reporter exactement et sans commentaire, ce que m’en a dit Guenièvre par l’intermédiaire de « Cinq-Pétales » et qui est reporté dans le corps du premier Volume de la collection des Gwendoline et Gottfried, intitulé : « Pour une corde de Harpe ! »

      Je ne saurai jamais trop vous encourager à vous procurer au plus tôt, ce premier Volume car je ne vais pouvoir vous reporter ci-après qu’une partie de ses propos, à ce sujet :

« Elle te dit aussi que tout est important et qu'il faut avoir de la patience, persévérer, continuer :

C'est par lui-même que chaque être trouve les limites de son propre entendement et pas seulement les limites de celui des autres.

Pour qu'elle te dise demain ce que tu attends, il faut que tu le mérites.

Il faut mériter.

Si elle t'a donné certains messages, cela a été parce que tu le méritais et parce que la Dame le méritait.

Avant de s'adresser à ceux qui sont sur terre, il faut savoir s'ils en sont dignes.

Tout se mérite : le Bien comme le mal.

Lire la suite

- 51 - Gottfried ! Pouvez-vous nous re-préciser ce qu’est l’auto-référence ?

        Vous auriez déjà dû, Fabrice, bien prendre conscience de ce qu’est l’auto-référence en lisant toutes mes Réponses précédentes car elles sont toutes celles d’un auto-référent !

Mais si vous souhaitez que je revienne sur cette façon d’Être (non pas devenue - sociale et dénaturée, mais restée - individuelle et Naturelle) pour la re-préciser, je vais le faire :

- Beaucoup d’anciens humains, par manque de confiance en eux, ont le désir de ne faire référence qu’à la normalité et de se fondre dans cette normalité.

Ils n’existent plus en tant que personnes ; ils n’ont plus de personnalité.

Ils n’existent plus en tant qu’individus ; ils n’ont plus d’existence propre.

Ils n’ont pas conservé leurs libertés personnelles et leurs libertés d’esprit et ne s’appartiennent plus à eux-mêmes.

Ils appartiennent à un inconscient collectif comme, contre Nature, ils appartiendraient à une Âme collective et n’ont donc plus d’existence du tout.

       Ils sont, comme je l’ai déjà écrit ci-dessus, dans l’idée régressive selon laquelle, psychologiquement, chacun ne serait pas lui-même mais seulement l’image d’un référant généralement connu, voire illustre, qu’il prendrait comme modèle et auquel il s’identifierait.

Lire la suite

- 50 - Pouvez-vous exactement nous redire encore pourquoi la métaphysique ?

        Je vais simplement vous renvoyer la balle, Théo, en vous écrivant que j’espère bien que « tout le monde » a déjà dû parfaitement le comprendre à la lecture de toutes mes précédentes Réponses.

Et je vais particulièrement vous rappeler ce que j’ai déjà écrit dans la Réponse à la Question - 30 -, en plaçant la Métaphysique en avant de la physique :

« Il est difficile de s’intéresser à la physique sans s’intéresser à la Métaphysique et inversement.

« Et ceci, pour la raison qu'évidemment, l'une-et-l'autre et l'autre-et-l'une sont Naturellement liées :

« - la physique s’intéresse au « Comment ? » de toute(s) chose(s).

« - la Métaphysique s’intéresse au « Pourquoi ? » de toute(s) choses(s).

« Et il serait logique de s’intéresser toujours au « Pourquoi ? » avant de s’intéresser au « Comment ? » ».

Lire la suite

- 49 - Et la gentillesse ! Qu’est-ce ?

La gentillesse, comme tous les sentiments, Gaétan, ne peut être vraie, c’est-à-dire ne peut Être que dans l’Innocence !

Elle est l’expression de sa propre bonté et de son empathie avec autrui, mais dans la parfaite discrétion.

Si j’ai été parfois « gentil » en offrant des sandwichs à des S.D.F. assis sur le trottoir, je ne vous le dirai pas, car :

- si j’ai été vraiment gentil, c’est-à-dire dans l’Innocence, je ne puis même pas m’en souvenir.

- si je n’ai pas été vraiment gentil en le faisant avec quelque arrière-pensée, honte à moi que je garderai pour moi et assumerai seul.

Lire la suite

- 48 - Pourquoi nombre de personnes qui expriment des souvenirs de leurs vies passées prétendent-elles souvent avoir été des personnages importants ?

        Les « psy », Muguette, lorsqu’ils reçoivent des personnes qui n’ont pas été contraintes d’aller les rencontrer, ne voient que d’anciens individus dépersonnalisés qui sont à leur dépendance comme par rapport à quelques dealers d’alcool, de drogue ou de n’importe quoi d’autre qui puisse les éloigner de la réalité pour les faire plonger dans le délire.

Et ils ne posent quasiment que des questions absurdes, comme, par exemple, systématiquement : « À qui vous identifiez-vous ? »

       Ils sont parvenus à faire naître cette idée régressive selon laquelle chacun ne serait pas lui-même mais seulement l’image d’un référant généralement connu, voire illustre, qu’il prendrait comme modèle et auquel il s’identifierait.

J’ai fait pousser des hurlements à tous les « psy » que j’ai dû rencontrer, simplement en employant l’expression « auto-référent ».

       Et cette nouvelle maladie psychologique qu’ils ont instillée dans la population pour dépersonnaliser les gens (et en faire de nouveaux clients) fait que, même lorsque ces gens ne prennent pas les bons moyens naturels pour se remémorer aisément leurs vies antérieures, ils se laissent porter par leurs délires et procèdent par identifications à des personnages illustres du passé.

Lire la suite

- 47 - Pouvez-vous, Gottfried, nous préciser la différence entre l’intelligence et le génie ?

Je vous reconnais tout de suite, Mélanie, à votre façon de poser les Questions.

Vous êtes la première personne dont je retiens une deuxième Question.

Effectivement, bien que ce ne soit peut-être pas, d’emblée, évident pour tout le monde, il s’agit bien encore d’une Question d’ordre Métaphysique.

Vous y répondre sera, comme à votre première (la - 39 -), extrêmement simple.

L'autre avec l'un a tout à voir (car, pour être génial concrètement et efficacement, il faut, évidemment, s’appuyer sur une grande intelligence).

▬► L’Intelligence est la puissance fonctionnelle de son ordinateur biologique personnel, c’est-à-dire de son cerveau.

▬► Le génie est l’aptitude à recevoir La Con-naissance, directement de l’Universel, et à la traiter par ce cerveau.

Lire la suite

- 46 - L’Homme est-il divin ?

Guilhaume ! Nous allons d’abord procéder par syllogismes :

 

- J’ai rappelé, en réponse à la Question - 10 - concernant le Tout et la partie, que le tout était contenu dans la partie.

- J’ai rappelé, en réponse à la Question - 4 - concernant « Dieu », qu’il était le Tout.

       - En conséquence, chaque partie du Tout étant semblable au Tout lui-même (dans son Infinité et dans son Éternité) et en ayant même plus ou moins conscience, comme c’est le cas de l’humain, en particulier et en général, elle n’est pas seulement « à l’image de « Dieu » », cette partie est « Dieu ».

- J’ai rappelé, en réponse à la même Question - 4 - concernant « Dieu », qu’il était l'Âme du monde et le monde et même l’Âme de l’Univers et l'Univers.

- L’humain a une Âme et cette Âme est partie de « Dieu » qui est cette Âme Universelle.

- En conséquence, chaque partie du Tout étant semblable au Tout lui-même (dans son Infinité et dans son Éternité), … l’humain, en particulier et en général, … est « Dieu ».

Lire la suite

- 45 - Libre arbitre ou déterminisme ?

Il m’intéresse particulièrement, Adélaïde, de répondre à votre question succincte mais précise, pour la raison :

- qu’elle est généralement considérée comme d’ordre philosophique

mais - qu’on ne peut y répondre correctement sans que ce soit sous l’angle de la Métaphysique.

Et que, donc, ceci démontre une fois de plus, si c’était nécessaire, que, sans la Métaphysique, la philosophie comme la physique ... et la vie en général, n’est rien !

        J’avais l’impression, avant même de répondre à la première des Questions de ce FAQ, que je n’allais qu’ « enfoncer des portes ouvertes » et c’est, évidemment, toujours l’impression que j’en ai.

        Maintenant, en plus, j’ai l’impression qu’avec tous les éléments que j’ai déjà donnés, chacun peut aisément répondre sans mon aide, à toutes sortes d’autres Questions nouvelles, telles que la vôtre :

Libre arbitre ou déterminisme ?

Lire la suite

- 44 - Quelle est la nature de l’homme ?

Je viens juste de recevoir votre Question, Laela (elle est la deuxième de celles qui vont être comprises dans FAQ qui m’ait été posée par une personne que je connais).

Je la reprends donc telle quelle :

Quelle est la nature de l’homme ?

Il est bien que vous n’ayez pas mis de Majuscule à « nature ».

(Vous connaissez le Site et mon mode d’écriture et je vous remercie d’avoir voulu parfaitement communiquer avec moi en employant ce même mode d’écriture).

J’ai, évidemment, bien compris que vous ne désiriez pas que je vous écrive au sujet de la Nature dans son ensemble, mais que ce soit au sujet des spécificités naturelles de l’homme :

L’homme, a priori, est d’abord un élément de la Nature.

Chez les Peaux-Rouges, bushmen, aborigènes … comme chez tous les peuples restés naturels, il appartient à l’univers et à la terre et la terre ne lui appartient pas.

        Chez les « hommes-terrestres » occidentaux qui se prétendent « civilisés », ce qui, exactement à l’inverse, signifie clairement « dénaturés et ennemis de la terre et de la Nature », il y a actuellement la monstrueuse illusion fondée d’abord sur la genèse du judéo-christianisme, que la Nature leur appartient.

Lire la suite

- 43 - Et l’innocence ! ?

L’Innocence ! Gwenaëlle, c’est comme aussi votre prénom : la blancheur d'un Ange (ou un Ange blanc) !

Il paraît qu’à un devoir de philosophie par lequel il était demandé de définir « Le culot », un élève avait simplement écrit : « C’est ça ! »

Au sujet de l’Innocence, il me faudrait vous répondre de même, car, dès l’instant où l’on y touche, dès l’instant même où l’on en parle (ou l’on écrit à son sujet), elle n’est plus.

D'ailleurs, le culot, permettant tout, ne naît-il pas de l'Innocence ?

Si j’étais un poète, je vous écrirais qu’elle est nuage transparent et impalpable qui disparaît dès qu’on y touche.

Elle ne doit pas être touchée ! Elle est Sacrée comme l’Enfance.

Car l'Enfant est dans le Bonheur parce qu'il est en osmose avec la Nature.

Car l’Enfant est Innocent et c’est dans l’Innocence et donc dans l’Amour pur que s’accomplissent tous les Miracles.

Lire la suite

- 42 - Comment naît la foi ?

Dans la Q/R - 13 - que vous avez dû lire, j’ai déjà, Amaury, répondu au sujet de la fonctionnalité de la prière et donc, d’abord, de son point d’appui : la foi.

Et j’ai, évidemment, d’entrée, rappelé que cette foi n’était jamais une question individuelle mais toujours une question collective.

       Quand, dans l'actuel BRÉSIL, se réunissent les membres de la tribu restée Naturelle, à l'endroit où ont célébré leur première messe, les envahisseurs portugais, ils dénomment « croix de la mort », celle qui s'y trouve et avec laquelle ces monstrueux envahisseurs ont fait tout ce qu'ils ont pu pour tenter de les dénaturer-et-détruire-leurs-pratiques-animistes et même pour tenter de détruire leurs coutumes.

Maintenant, nous allons traiter de la façon dont naît la foi !

Lire la suite

- 41 - D’où viennent les sentiments ?

Merci, Henry !

Tout (ce qui est) n’est que la manifestation et les expressions de l’Amour.

Et tout sentiment n’est donc qu’une déclinaison de l’Amour (ou, dans le monde forcément relatif, de son contraire).

       Toute personne qui se sent inférieure ne trouve souvent pas d’autre moyen de s’en consoler qu’en voulant prétendre que les autres ne sont « pas mieux qu’elle » et donc, toutes celles qui se sentent folles voudraient automatiquement prétendre que toutes les autres le soient également :

Lire la suite

- 40 - Pouvez-vous nous en dire plus au sujet de l’ego ?

Évidemment, Charles, que je peux vous en écrire bien davantage au sujet de l’ego !

Vous avez raison d’aborder à nouveau, ce point Essentiel !

(j'écris « point » parce qu'un point n'occupe aucune surface, aucun espace, mais que c'est pourtant avec une multitude de points que l'on fait les plans et construit les volumes).

Nous vivons dans le monde.

La raison d’être du monde est de permettre à l’Amour de se manifester et de s’exprimer (quelle pourrait donc être une quelconque autre justification ?).

Ce monde existe pour le plaisir du jeu (et donc du je) (c’est un terrain de jeu entre les individus ou ego et les équipes ou groupes d’ego).

Lire la suite

- 39 - Pouvez-vous, Gottfried, nous préciser la différence entre un voyant et un médium ?

La Réponse à cette Question, Mélanie, est extrêmement simple.

L'un avec l'autre n'a rien à voir (même s'il arrive fréquemment qu'un seul individu soit les deux à la fois).

Les mots « disent bien ce qu’ils veulent dire » :

▬► Le « Voyant » est celui qui, individuellement, voit plus.

▬► Le « Médium » est celui qui, entre d'autres, est un intermédiaire-« téléphone »-biologique qui permet, par son canal (« channel »), des communications avec des « défunts ».

Lire la suite

- 38 - Que signifie la « noirceur de l’âme » ?

        La noirceur de l’Âme, Frédéric, est tout ce qui n’y est pas lumineux, tout ce qu’elle contient de « mal », c’est-à-dire de négatif, c’est-à-dire en opposition avec l’Univers, avec la Nature, dans son ensemble.

En effet, il est évident qu’aucune partie individualisée et avec donc un minimum d’autonomie, ne pourrait exister si elle était en parfait accord avec la Nature car elle serait alors La Nature.

       M.M.Y. rappelait souvent, qu’évidemment, même chez un sage le plus évolué, il demeurait toujours une part d’ignorance, car, sans ignorance, il n’y aurait plus de jeu, donc plus d’existence individualisée.

Lire la suite

- 37 - Dans le préambule, au début du premier volume, il est question d’impulsions et de pulsions. Pouvez-vous bien différencier ?

Bien sûr ! Béatrice !

Je ne suis pas un greffier ! Et je n’accepterais pas de même simplement transcrire ce que je ne comprendrais pas et n'approuverais pas !

En l’occurrence, différencier « impulsions » et « pulsions » est très facile, puisque :

- « im » (émanant de « in ») signifie : qui vient de l’intérieur.

- l’absence de « im » signifie donc, a contrario : qui vient de l’extérieur.

(Vous pourriez rapprocher cela de « expulsion » qui, comme vous le savez forcément, signifie : qui va de l’intérieur vers l’extérieur.

Vous pourriez aussi rapprocher cela de « répulsion » qui, comme vous le savez forcément, aussi, signifie : qui repousse, qui tend à faire rétrograder la pulsion).

...

Lire la suite

- 36 - Pourquoi les rites ?

Reposez-vous bien, Lauren !

Vous me posez cette question au milieu de la nuit.

Peut-être que si, tout simplement, vous attendiez de voir se lever le jour, avec lui, tout en vous, à ce sujet, simultanément, s’éclairerait !

C'est en cherchant soi-même qu'on ne trouve pas.

Mais c'est en posant la question, sans tension, vers l'extérieur de soi-même, que, tôt ou tard, on reçoit Naturellement la réponse.

Vous ne m’écrivez pas au sujet des traditions familiales ou même sociales qui sont des habitudes, des points de repère (peut-être même des points de re-Père).

Lire la suite

- 35 - Qu'est l'équilibre ?

Quand, Thibault, on parle d’équilibre en dehors de la physique et pourtant de la même manière qu’en elle, on pense d’abord :

Individuellement, à l’alternance entre :

- la vie dans la faible conscience de l’action et la pleine conscience de la méditation,

- l’action et la réflexion,

- l’éveil et le sommeil,

- la dépense d’énergie et le repos,

- les périodes de travail et les vacances.

Lire la suite

- 34 - Qu’est un préjugé ?

Enguerrand ! Je l’avais, évidemment, deviné, depuis des années, lorsque j’ai rencontré Guenièvre.

       J’avais, à nouveau, réalisé dans cette vie, dès ma prime enfance, pour une multiplicité de raisons évidentes et rationnelles, que la réincarnation était la réalité.

       Et comme je voyais chaque nuit, une paire d'yeux verts sur les murs de ma chambre, je pensais bien qu’ils devaient avoir lien avec mon passé et avec mon futur.

Lire la suite

- 33 - Qu'est être normal ?

Je suis bien placé pour vous répondre à cette question ! Thérèse !

        En effet, j’ai pour mère biologique, un ancien être que je ne dénomme que BG car elle n’a toujours été que mon Bourreau de Gestatrice et n’a fait, chaque instant de sa vie, que me rejeter et tenter de me détruire en urinant, déféquant et vomissant partout sur mon image.

Elle est toujours survivante, mais je n’y pense et donc je n’en parle qu’au passé.

       Bien sûr, elle se donnait automatiquement de bons prétextes pour se justifier à elle-même et pour justifier à autrui, ses constantes volontés de me détruire et me disait souvent que je l’avais empêchée de faire des études de pharmacie, que je n’étais qu’« un pur produit de la méthode Ogino » …

Bien sûr, elle était normale !

       Elle était normale parce qu’elle était complexée (parce qu'elle n'était pas belle, seulement bachelière, toujours obligée avec autrui, de jouer la comédie pour cacher un mal à mal à l'aise constant ...) et que sa seule manière d’oublier ses complexes était de tenter de se fondre dans le troupeau des normaux.

Lire la suite

- 32 - Gottfried ! Quelle est votre entente dans cette vie, avec Gwendoline ?

Angélique, vous ne l’êtes pas autant que votre prénom pourrait le laisser penser pour oser poser une telle question !

       Et je rejette complètement tout ce qui est « psy » car, plus encore que lorsque ceci concerne le corps, il est contre Nature d’envisager la monstruosité de quelque exhibitionnisme et quelque voyeurisme « psychologiques » forcément extrêmement malsains et, plus encore que lorsque ceci concerne n’importe quelle autre activité, il est aussi contre Nature d’envisager l’absurdité de quelque « empathie tarifée et rémunérée » !

Pourtant, cette question est bien d’ordre Métaphysique puisqu’elle peut se traduire, en général, par :

Des Âmes-Sœurs s’entendent(se comprennent)-elles bien, automatiquement ?

La réponse est, évidemment : Non !

L’Harmonie ne résulte pas seulement des similitudes, elle résulte aussi des oppositions (on peut préférer un pantalon gris clair avec une veste bleu marine, à un costume).

Si des Âmes-Sœurs s’entendaient bien, automatiquement, il n’y aurait qu’à laisser filer un peu de temps pour que leur union, leur fusion s’effectue automatiquement.

Et, dans la Nature, évidemment, toute évolution se mérite : Elle est le fruit de son propre désir d’Aimer.

Lire la suite

- 31 - Qu’est la conscience ?

À quelle conscience voulez-vous vous référer, Élisabeth ?

▬► Est-ce à la Con-science-Con-naissance, contraire de l’in-conscience-mé-connaissance ?

▬► Est-ce à la Conscience-Morale ?

▬► Est-ce à la Con-science qui signifie « avec La Science », c’est-à-dire La Con-naissance (directe) qui elle-même signifie « avec la naissance » ?

Si c’est de la Con-naissance, c’est-à-dire intrinsèquement de la science-innée, vous désirez traiter de tout ce qui est su Naturellement et instinctivement.

Dans ce cas, vous voulez traiter de la Vraie Connaissance !

Lire la suite

- 30 - Que pouvez-vous nous dire au sujet du big-bang ?

        Amélie ! Je pars toujours du principe que chacun (moi-même comme quiconque) a toujours le droit et même a toujours le devoir de s’exprimer en Candide, même sur les sujets dans lesquels il n’est pas, a priori, compétent !

En effet, la spécialisation est souvent un enfermement et nécessite des visions extérieures. 

       Au sujet « du Big-Bang », je peux vous écrire que les humains qui parlent « du Big-Bang » sont eux-mêmes, paradoxalement, effondrés sur eux-mêmes, alors qu’ils traitent de l'instant premier de l’explosion de « leur » univers.

L’Univers est l’Unité dans la diversité.

Il est l’Infinité des univers finis.

Il y a donc constamment une Infinité de « Bigs-Bangs » dans les créations d’Infinités de nouveaux univers.

Et, évidemment, à l’inverse, il y a donc constamment des univers qui disparaissent car toute partie qui est née et vit, disparaît « tôt ou tard ».

Lire la suite

- 29 - Puisque vous avez écrit dans les réponses 12 et 22 au sujet du « dessein intelligent », pouvez-vous nous en dire plus à ce sujet ?

Évidemment, Damien, que je peux vous écrire à nouveau à ce sujet !

Pourtant, il est difficile de comprendre pourquoi cette question pose problème car elle est infiniment simple.

        Il est évident que l’Infini (l’Infinité des univers finis), automatiquement dans son Éternité (sans avant, sans après) (car toutes les dimensions liées, temporelles et spatiales, sont alors sans limites) ne peut être qu’Amour-Conscience-Intelligence et que, notamment, la pleine Intelligence ne peut pas avoir tel ou tel dessein car le Principe Universel d'Amour-Conscience-Intelligence ne peut avoir d’autre raison d’être que d’Être !

        Et il est aussi évident que chaque partie (et notamment chacun d’entre nous qui constamment se regarde lui-même et examine d'autres parties au milieu du manège des « autos tamponneuses ») a un dessein intelligent !

Lire la suite

- 28 - Que dénommez-vous la résonance ?

Les « psycho-généalogistes », Tessy, ont constaté, après tout le monde, que, d’une vie sur l’autre, il y avait résonance dans une famille.

À partir de là, ils n’ont, comme toujours, tous les « psy », examiné qu’une micro-partie de la question.

       Comme je l’ai écrit dans la Réponse - 16 - : ils n’ont même pas traité de la réincarnation d’une même Âme au milieu des autres Âmes auxquelles elle est attachée et donc, logiquement, très souvent, dans la même famille.

       Donc, individuellement, il y a bien résonance d’une vie sur l’autre puisqu’une Âme se conservant elle-même, conserve, par définition, sa « psychologie » et ses attachements (jusqu’à sa libération) et que, donc, d’une vie sur l’autre, elle se comporte de la même manière, retrouve souvent les mêmes autres Âmes, a souvent les mêmes sentiments et les mêmes comportements à leurs égards …

       Donc, à encore deux, pour les Âmes-Sœurs, il y a bien aussi, non pas seulement double, mais Infinie résonance de miroirs jumeaux, d'une vie sur l'autre ...

Lire la suite

- 27 - Mais, qu’est donc exactement le « karma » ?

        Ce qu’est le Karma, Gontran, est bien connu, non seulement dans l'inconscient et l'intuition de chacun, depuis toujours :

Vous pourrez relire « La Conscience » de Victor HUGO.

Au surplus, ceci figure aussi, dans des écritures, depuis des millénaires :

Dans l’hindouisme, dans le Veda (sa conclusion : les Upanishad), c’est expliqué précisément.

Je vais vous répondre essentiellement au sujet du Karma individuel :

C’est le cycle des causes et des conséquences liées à l'existence d’un être : entité-responsable.

Lire la suite

- 26 - Gottfried ! Écrivez-nous maintenant au sujet de l’essentiel : l’amour !

        Pour vous écrire au sujet de l’Amour, Jean, je vais faire référence à « Cinq-Pétales » (qui deviendra « Six-Pétales ») et à Guenièvre.

Parmi ses multiples discours, toujours au sujet de l'Amour, « Cinq-Pétales » m'a dit : « Si je parle d'Amour, de la forme délicate des nuages ... »

        (Vous avez pu l'entendre dans le film précédent l'ouverture de ce Site et sous « CD (extraits) », dans ce que, en référence au Veda, j'ai dû intituler « Conscience de l'Unité »).

Parmi ses multiples discours, toujours au sujet de l'Amour, Guenièvre m’a dit : « L’Univers ! C’est le cycle de l’Amour ! »

        (Vous avez pu le lire sous « Livres (extraits) », dans « PARTIES DU PREMIER VOLUME », à la fin de l’ « Histoire de la première Vie de Chat de Grigri »).

        Personnellement, je n'ai pas leurs niveaux d'évolution mais j'existe notamment pour les comprendre et transmettre en y ajoutant les souvenirs de mes propres vécus et les fruits de mes propres réflexions que j'ai toujours eues, dans toutes mes vies et notamment dès ma naissance dans la présente vie (et donc bien avant nos retrouvailles dans cette vie).

Ma technicité me le permettra peut-être.

Que l'Univers soit le Cycle de l'Amour est parfaitement clair, car, en raisonnant par l’absurde, il est une évidence qu’il ne peut être rien d’autre !

Lire la suite

- 25 - Êtes-vous ancien ou moderne ?

Cette question est bizarre et vous êtes, j’en suis sûr, Jean-Pierre, conscient de son absurdité !

Je suis, comme vous, comme quiconque, comme toute partie du Tout : de Toute Éternité.

       Je suis, comme vous, comme quiconque, comme toute partie du Tout qui est Infini, mathématiquement reproduit par une infinité de semblables et reproduction d’une infinité de semblables.

Et tout ce qui est de Toute Éternité n’est ni ancien, ni moderne.

Lire la suite

- 24 - Que pensez-vous de la consommation de l’alcool ?

Rien n’existe qui soit parfaitement bon ou mauvais, Samira.

Dans le yang, il y a toujours du yin et dans le yin, il y a toujours du yang.

Dans toutes les « religions », l’alcool, par exemple dans le vin, est accepté.

Il en est ainsi même dans l’Islam.

Dans le Coran, à l’origine, seule l’ivresse était prohibée, puis, pour des raisons sociologiques, l’alcool y a été interdit.

Pourtant, l’alcool permet de connaître quelqu’un : s’il a bu, est-il triste ou joyeux, pacifique ou agressif ?

Il révèle sa Nature profonde.

Lire la suite

- 23 - Qu’est réussir sa vie ? Redites-nous en davantage au sujet du destin !

Réussir sa (présente) vie, Pierre, qu’est-ce ?

C’est y trouver son moyen d’épanouissement.

Et ceci est, Naturellement, en fonction de ses dons et de ses goûts en s’appliquant à mettre en adéquation, les seconds avec les premiers.

C’est donc, dans sa vie, c’est-à-dire dans ses actions, se trouver en adéquation avec soi-même.

C’est ne pas s’y distraire et s’y perdre.

C’est s’y retrouver, comme on se retrouve en fonction de la carte et de l’endroit.

C’est-à-dire :

- avoir pour carte, son destin (le plan de vie et les défis que l’on s’est soi-même fixés avant son incarnation).

       - Ne pas aller sur des chemins de traverses et suivre sur le terrain, la route que l’on a surlignée sur la carte (même si, dans la réalité, il est parfois utile de faire quelques inversions, voire modifications dans son agenda-planning et parfois nécessaire de faire quelques détours).

Lire la suite

- 22 - Qu'en est-il du créationnisme et de l'évolutionnisme ?

On entend partout, Matthieu, discuter et s’opposer à ce sujet, de « doctes-péteux » qui ne sont, en fait, que de dogmatiques aveugles et ignares.

       Créationnisme ou évolutionnisme et dessein intelligent sont devenus les débats présentement à la mode, par l’actualité qui oppose les « athées » aux « religieux » et les « religieux » entre eux.

Pourtant, il est évident qu’il n’y a aucune opposition, mais une simple complémentarité, entre : - créationnisme et - évolutionnisme.

         - Il n’y a aucun doute sur le fait que l’évolutionnisme soit une réalité et que, dans de longues périodes, il y ait diversifications des espèces parce que, au sein de chaque espèce, il y a, d’une génération sur l’autre, évolution externe (= provenant de l’extérieur).

        Ce phénomène qui, comme l’ont expliqué, entre autres, Jean-Baptiste de LAMARCK et Charles DARWIN, est notamment le fait de la sélection naturelle (élimination des éléments les plus faibles par les maladies et les prédateurs …), est extrinsèque (sociologique).

Lire la suite

- 21 - Pourquoi écrivez-vous bizarrement en découpant souvent des mots, puis en en reliant les parties par des traits d'union ?

        Effectivement, Grégoire, vous avez bien remarqué dans mes Réponses dans « FAQ », dans la Page « Préambule (extraits) » et dans l’entier Préambule de toute la Série, en tête du premier Volume de la Collection que je viens de vous envoyer, que je coupais souvent des mots en en reliant ensuite les parties, par des traits d’union.

        Je vous remercie de me poser cette Question car ma Réponse sera utile à chacun dans sa lecture de mes interventions dans le Site et à celle du Préambule de toute la Collection des Gwendoline et Gottfried que j’ai, évidemment, écrit en tête du Premier Volume.

        Je souhaite toujours être parfaitement compris et si je dis ou j’écris quoi que ce soit, ce n’est pas à celui qui m’écoute ou qui me lit de me comprendre, mais c’est à moi-même de me faire comprendre.

Oralement, je fais donc toujours, ce qu’il faut pour être compris.

        Si, par exemple, je souhaite sincèrement une bonne journée à une personne, je ne lui dirai pas : « bonjour », car ce mot est devenu un standard-obligatoire-et-donc-vidé-de-son-sens, je lui dirai donc : « Bonne journée à vous, Grégoire. »

Lire la suite

- 20 - Pouvez-vous nous en dire plus au sujet du stress ?

        Je vois, Karim, que vous venez de suivre l’évolution du Site au jour le jour et que vous avez lu la Réponse que je viens de donner au sujet du stress : - de sa définition, - de ce qu’il est psychologiquement-et-physiologiquement et - d’un des moyens à utiliser pour l’éliminer en le prenant sous son aspect physiologique.

Vous me donnez l’occasion d’enchaîner ...

       Je vous en remercie et je vais donc vous en dire plus aux sujets des moyens - de parer, sinon, - de diminuer, puis - d’éliminer ce sujet de souffrance et cet obstacle à la Con-science qu’est le stress :

       Pour un véhicule automobile, par exemple, on parle de sécurité active (par : - la qualité, des « pneu », - la précision de la direction, - l’efficacité des freins, …) et de sécurité passive (par : - l’utilité des pare-chocs, éventuellement sur ressorts, - la solidité de l’arceau de sécurité, - l’efficacité des airbags, …) et de réparation (par - l’intervention d’un carrossier, - l’intervention d’un mécanicien, - l’intervention d’un électricien-auto, …).

       Laissons donc cet instrument contre-Nature qui est le premier participant à l’assassinat de la planète terre, mais, cependant, écrivons et parlons ensemble de - sécurité active et de - sécurité passive et de - réparation, au sujet du stress.

Lire la suite

- 19 - Qu'est la méditation ?

Olivier !

        En occident, lorsqu’on emploie le mot « méditation » (dans diverses langues), on parle ou l’on écrit au sujet d’une réflexion profonde sur un sujet précis (exemple : « Je n’ai pas dormi, j’ai profondément médité toute la nuit au sujet des importantes questions que vous m’avez exposées, hier. »).

Ceci signifie que l’on a, avec force, articulé intellectuellement, beaucoup de pensées.

Il s’agit de concentration.

(= implosion)

En Orient, lorsqu’on emploie ce mot « méditation » (dans diverses langues), on parle ou l’on écrit au sujet du contraire : Dans l'Hindouisme, d'un doux exercice (une sorte de « yoga mental ») dans divers objectifs que je vais vous exposer.

Lire la suite

- 18 - Pourquoi les juifs sont-ils toujours en guerre ?

         Je reçois, Slim, toutes sortes de questions et quand je pense en recevoir une qui peut intéresser tout le monde, j’y réponds, qu’elle soit d’ordre Métaphysique ou qu’elle ne soit pas habituellement classée sous son chapitre.

En effet, je considère que tout est Métaphysique.

Je voudrais d’abord, que nous nous posions ensemble, une question commune :

- Sont-ce les juifs qui sont toujours en guerre ?

- Est-ce plutôt l’État d’Israël ?

Mais comme l’État d’Israël a été constitué pour les juifs, j’accepte votre question telle que vous me l’avez posée.

Réfléchissons donc aux juifs en tant que constituants d’une religion.

Lire la suite

- 17 - Pourquoi comprenez-vous mieux les choses ?

        Oui, Liliane, je comprends ce que je comprends mais j’ai, corrélativement, le problème de souvent ne pas comprendre pourquoi les autres « humains » ne le comprennent pas tout aussi simplement.

        Ceci me fait souvent avoir l'impression « d'enfoncer une porte ouverte » lorsque je dis ce qui, pour moi, est une évidence, alors que ce n'en est pas une pour tout le monde.

Et ceci m'a valu le bûcher antérieurement et me vaut pire encore dans la présente vie comme je vous l'expose dans « L'horreur ! ».

Lire la suite

- 16 - Qu’est la psycho-généalogie ?

Les « psy », Simone, qui, par définition, devraient connaître les Âmes, n’en connaissent, évidemment, rien.

Ils ont choisi leur activité pour des raisons strictement personnelles que j'expliquerai dans « L'horreur ».

Ils sont ineptes et ne vivent donc que dans la mégalomanie et le délire.

Et la « psycho-généalogie » (ou « trans-généalogie ») est un de leurs nouveaux délires.

        Bien sûr qu’il y a des résonances dans les événements familiaux et que, souvent, un don, une compétence puis une activité professionnelle … se transmettent, intrinsèquement, de Pères en Fils …

        Bien sûr qu’un événement qui s’est déroulé dans la vie d’un ancêtre peut se dérouler de la même manière, au même âge, dans la vie d’un de ses descendants.

        Mais, quand, en plus, il a le même prénom (ou presque) et, en tout cas, exactement les mêmes préoccupations et centres d’intérêt, ne pensez-vous pas qu’il serait utile de réfléchir à cette situation, en l’examinant sous un autre angle ?

        Par simple exemple, le grand-Père de Charles DARWIN qui se dénommait lui-même Erasmus DARWIN et qui, avant lui, avait exactement les mêmes préoccupations, centres d’intérêts et recherches était-il encore vivant à la naissance de son petit-fils ou était-il déjà mort ?

Lire la suite

- 15 - Que signifie la chanson de Barbara : « L'aigle noir » ?

         Parmi les inepties des ineptes « psy », Coralie, on lit très souvent et l’on entend très souvent dire que cette chanson retracerait un souvenir d’inceste dont elle a probablement été victime dans son Enfance.

         Non ! Je m’inscris en faux, comme la plupart du temps, contre les analyses absurdes et délirantes du corps des prétendus « psy » (prétendus spécialistes des Âmes auxquelles ils n’ont pourtant aucun accès).

Cette chanson ne concerne en rien un tel drame !

Bien au contraire, elle concerne une expérience transcendantale !

        Mais comme les « psy » ne sont pas seulement « ineptes » mais qu’ils constituent l’une des catégories professionnelles les plus dangereuses, Barbara a eu sagesse de se prémunir contre leurs nuisances en ne dévoilant pas la genèse de cette chanson.

        En l’écoutant vous en avez déjà presque saisi le sens puisqu’aujourd’hui vous savez déjà qu’un simple petit coup de pouce de ma part va vous permettre de l’appréhender.

Lire la suite

- 14 - Que signifie de dire que nous vivons dans un « monde relatif » ?

C’est un pléonasme, Odette !

Le monde ne peut être que relatif !

       Outre, l’Absolu non manifesté, s’il existe des mondes phénoménaux (c’est-à-dire « dans lesquels il se déroule des phénomènes »), c’est évidemment parce que ces mondes ne peuvent être que relatifs !

Être « relatif » signifie « comporter des dimensions » :

- d’espace : - à gauche ou - à droite, - en bas ou - en haut, - au-dessous ou - au-dessus.

et

- de temps : - avant et - après.

       Et, dans tout « monde », c’est-à-dire dans tout univers qui ne peut-être que relatif, tous les éléments s’assemblent dans au minimum trois dimensions spatiales et une dimension temporelle et, l’un par rapport à l’autre, sont donc toujours, d'un point de vue donné :

- à gauche ou - à droite, - en bas ou - en haut, - au-dessous ou - au-dessus.

et

- avant et - après.

       Et vous savez (et il a été démontré par la mathématique et la physique des « humains » d'Albert EINSTEIN, de Max PLANCK ...) que toutes ces dimensions, d'espace et de temps sont liées entre elles ... que certains éléments distants dans l'espace peuvent cependant être intriqués ...

Lire la suite

- 13 - Croyez-vous aux prières à Jésus et à la Vierge Marie ?

         Bien sûr ! Jacqueline ! Elles fonctionnent plus ou moins bien avec les « humains » qui ont fait pénétrer en eux-mêmes, plus ou moins, « la foi » !

« La foi » n'est jamais une question individuelle : - chacun, s'il était seul dans sa vie (au milieu d'une forêt), ne ferait qu'expérimenter.

        Elle est toujours une question collective : - j'ai telle ou telle « religion » parce que j'ai été endoctriné (on m'a fait tomber dedans quand j'étais petit ou ultérieurement).

        C'est comment se sont constituées les « églises » !

        Ce sont des systèmes s'appuyant sur des croyances : des mutuelles para-mentales.

        Entre - ceux qui remercient et - ceux qui demandent, il y a - cotisations et - dédommagements.

        C'est comment fonctionnent les « églises » !

Lire la suite

- 12 - Le « hasard » existe-t-il ?

        Il est une coïncidence amusante que vous vous prénommiez Albert, comme Albert EINSTEIN qui avait déclaré : « Dieu ne joue pas aux dés ! »

Si le « hasard » existait, tout serait insensé :  Il n’y aurait pas de justice, il y aurait chance et malchance, il n’y aurait qu’un arbitraire dont on ne connaîtrait pas l’effroyable auteur (vis-à-vis de qui, il ne serait possible de n’avoir qu’inutile révolte), il n’y aurait pas karma personnel, familial, national …, il n’y aurait pas destin, il y aurait aléas … il n’y aurait jamais de coïncidences comme, par exemple, de résonance d’une vie sur l’autre (comme d’un jour sur l’autre).

Mais quel fou viendrait se risquer dans un tel bain de folie ?

Lire la suite

- 11 - Comment peut-on être heureux ?

Cette question, Géraldine, peut être abordée à divers niveaux.

Il faut, évidemment, pour cela, être satisfait de sa vie.

C’est-à-dire nécessairement être satisfait de ses actions, qu’elles nous semblent ou non nous permettre de nous approcher de notre objectif.

Car, de notre objectif, nous ne sommes évidemment pas toujours parfaitement conscients.

Lire la suite

- 10 - Comment peut-on dire que la totalité est contenue dans la partie ?

Tout est holistique, Anne !

Chacun sait que la plupart des végétaux se développent à partir de graines.

Chacun sait que la plupart des êtres biologiques se développent à partir d’un œuf.

Et aujourd’hui, chacun a compris ce qu’était l’acte contre-Nature qu’est le clonage.

Lire la suite

- 9 - Que sont les « Crop Circles » ?

Vous avez lu, François, ce que me dit « Cinq-Pétales » au sujet des Fées, des Elfes et des Lutins …

Vous en lirez bien davantage à ce sujet dans le Volume I et bien davantage encore dans le Volume II.

       Celle qui est alors devenue « Six-Pétales » me dit que les « humains » ne portent plus assez d’Amour aux Forces de la Nature que sont les Fées, les Elfes et les Lutins et que ceux-ci en manquant, s’éloignent …

       Il se pourrait bien que ces « Crop Circles » soient des signes de leur part pour appeler au secours et inviter les « humains » à, de nouveau, échanger l’Amour avec eux.

Lire la suite

- 8 - Peut-on croire à la réincarnation ?

Croire ou ne pas croire, Gilles, est l’équivalent l'un de l'autre (c’est toujours douter dans telle ou telle proportion sans cesse changeante).

       Ce que nous avons à faire est le contraire de croire, c’est Vivre ou ne pas vivre [telle ou telle expérience sensorielle ou extra-sensorielle nous enseignant sur la réalité de toute(s) chose(s)].

       La survie après la mort, c’est-à-dire la vie éternelle d’une manière ou d’une autre ("résurrection"," métempsycose" ou réincarnation) a toujours été la préoccupation des « humains ».

Lire la suite

- 2 - Êtes-vous un Gourou, un prophète ou un cavalier de l’apocalypse ?

Je ne suis pas un Gourou, Armel, puisque je transmets l’enseignement de l’idéal dans lequel je ne prétends évidemment pas me trouver moi-même.

       Cependant, je pense être une bonne référence puisqu’il est parfois difficile de faire réaliser et comprendre vers quoi chacun doit évoluer mais souvent bien plus démonstratif de montrer ce qu’il ne faut pas faire.

Si je suis un prophète, je suis un prophète de la Nature et du Naturel et je n’ai de cesse de plaider que pour l’Action conforme aux Lois de la Nature.

       Probablement suis-je, non pas l’un des quatre, mais l’un des très nombreux cavaliers de l’apocalypse car « l’apocalypse » est au sens étymologique : l’époque des révélations et des découvertes.

Lire la suite

- 7 - Expliquez-moi pourquoi certains oiseaux ou certains poissons se déplacent en bande et ont des mouvements parfaitement synchronisés ?

        Avant de vous répondre, Amina, je vous écris deux ou trois phrases à mon sujet pour illustrer la question concernant l’influence du futur sur le présent que m’avait posée, Françoise.

        Dans la présente vie, avant même de retrouver Gwendoline et « Cinq-Pétales », je n’avais déjà de préoccupation que d’ordre Métaphysique et ontologique.

        Il fallait que je sois parfaitement préparé au miracle de la réception des Con-naissances que je recevrai ensuite, de « Cinq-Pétales » (puis « Six-Pétales ») et Guenièvre.

Lire la suite

- 6 - Que pensez-vous des greffes d’organes ?

Je présume, Fathia, que tous ceux qui participent aux greffes d’organes, sont, a priori, de bonne foi.

De plus, j’ai la plus grande admiration pour l’extraordinaire technicité des chirurgiens.

Cependant, l’Âme vit tout ce qu’on fait à son corps.

Lire la suite

- 5 - Y-a-t-il des extra-terrestres ?

        Déjà, Isabelle, il y a chez les humains matérialistes, le pire des défauts, - l'ego-centrisme-et-l'anthropo-centrisme : la considération a priori, - que, dans la création ils ont une place spécifique et - que tout doit être examiné par rapport à eux-mêmes.

        De plus, ce pire des défauts s'applique, dans un deuxième temps, depuis les communautés auxquelles ils appartiennent, à l'égard des autres communautés : dans toutes les « civilisations » de l’Amérique du Sud au pôle Nord et presque partout ailleurs sur la planète terre, les « humains » se sont toujours pensés « au centre de la terre » et se sont toujours dénommés, dans leurs langues variées : « Les humains » (par rapport à d’autres hommes de la même planète qui, eux, n’importe où ailleurs, n’en auraient pas été).

          Ils ont même généralement considéré que leurs rois (ceux de leurs propres communautés respectives) étaient ceux oints par « Dieu » lui-même (et il arrive même que, lorsqu’ils se font la guerre, leurs évêques respectifs d’une même église, les bénissent de part et d’autre).

Ils se considèrent pathologiquement comme l’essentiel, si ce n’est ce qui compte exclusivement dans tous les univers.

Lire la suite

- 4 - Dieu est-il extérieur à la Création ?

« Dieu » est-il extérieur à la création, Sylvianne ?

S’il l’était, on devrait donc se demander ce qu’il aurait bien pu faire avant la création, quelle aurait été sa raison d’être.

       Si l’Univers n’existait pas depuis toujours et pour toujours, on devrait donc se demander :

- comment il aurait été créé par application des Lois de la Nature qui n'auraient donc pas encore existée(s).

- ce qui aurait justifié à un instant « T », la décision de « Dieu », de le créer.

       Mais, en raisonnant par l'absurde, comme le Temps est, avec, au minimum, trois dimensions spatiales, l’une des composantes nécessaires de la Création, c’est-à-dire du monde relatif, on en conclurait qu’avant la création, cet instant « T » aurait été indéterminable (Zeus n’est-il pas le Fils de Chronos ?)

Lire la suite

- 3 - Y a-t-il influence du futur sur le présent ?

Il est intéressant, Françoise, que vous vous posiez cette question car beaucoup d’humains ne se la posent même pas.

 

Pourtant, chacun a vu un barrage et constaté qu’il faisait monter le niveau de l’eau en amont.

Pourtant, chacun a vu un bébé pédaler en l’air et faire toutes sortes de mouvements avec ses jambes afin de les muscler pour les temps futurs où il les utilisera pour marcher ...

Pourtant, chacun parle de Destin (ou de « Mektoub »), c’est-à-dire de points (- faits qui devaient ou devront se dérouler dans la vie, - personnes qu’il devait ou devra rencontrer …).

Et si chacun doit sans cesse arriver à ces points, c’est évidemment que ces points futurs déterminent le chemin sur lequel, auparavant, il devra marcher, il marche donc déjà présentement ...

Lire la suite

- 1 - Gottfried ! Nous direz-vous tout ce que « Cinq-Pétales » et Guenièvre vous ont enseigné ?

Je vous remercie pour votre intérêt et votre Question, Jean-Luc.

       Dans les Livres de la Série des Gwendoline et Gottfried (que je diffuse par le Site http://www.gwendolineetgottfried.com), je transmets l’Enseignement de l’Essentiel que j'ai reçu :

      - de mon Âme-Sœur (que je dénomme Gwendoline, comme dans notre première Vie d’Humains) en régression d’abord à l'âge de cinq ans (et alors dénommée « Cinq-Pétales »)

 et - d’une autre personne en position de vigie, Âme désincarnée (dénommée Guenièvre), par l’intermédiaire de mon Âme-Sœur en tant que médium.

 

Dans un Recueil, je reporterai les Questions qui, dans ce Site, m’ont été posées et des Réponses que j’y donne présentement.

Ces Réponses sont surtout à titre personnel.

Je vais effectivement vous écrire si, oui ou non, je vais tout vous révéler de cet Enseignement.

Lire la suite


Powered by X-Recherche

© Gottfried - 2010 : 2013
Mon panier
PageRank service www.visual-pagerank.net/

Plan du Site

Annuaire
Liens

Nuage de tags



Loading